EN


Les lauréats du gala Les Talentueuses 2018 : S’unir aujourd’hui, bâtir le futur.

09 mai 2018

Montréal, le 12 avril 2018 – C’est hier soir que l’Association des femmes en finance du Québec (AFFQ) célébrait son 13e Gala Les Talentueuses. Cette remise de prix reconnaît le succès des professionnelles québécoises qui se démarquent dans le domaine de la finance. Sous la présidence de madame Dana Ades-Landy, présidente du conseil d'administration (C.A.), le Gala a été co-animé par Mitsou Gélinas, femme d'affaires, animatrice radio et télévision et par Léa Clermont-Dion, auteure, animatrice et activiste.
 
« Cette année, nous avons mis en lumière le thème de la soirée : S’unir aujourd’hui, bâtir le futur. Il est temps de faire appel au soutien de tous, femmes et hommes de tous les groupes et de tous les horizons, pour qu’ensemble, nous contribuions à accroître la présence des femmes en affaires. Nous en avons assez discuté, maintenant, il faut agir! », affirme Dana Ades-Landy, présidente du conseil d'administration de l’AFFQ. 
 
De gauche à droite : Dana Ades-Landy, présidente du C.A. de l’AFFQ; Mitsou Gélinas, femme d'affaires, animatrice radio et télévision; Léa Clermont-Dion, auteure, animatrice et activiste; et Martine Cantine, directrice générale de l’AFFQ.
Une célébration marquée par le dévoilement de statistiques plutôt choquantes
 
La présidente de l’AFFQ, Mme Dana Ades-Landy, a débuté la cérémonie de remise des trophées en exposant le piètre bilan de la mesure mise sur pied il y a quatre ans, « se conformer ou s’expliquer » (comply or explain). Rappelons qu’en 2014, le gouvernement fédéral avait mis en place cette initiative demandant aux entreprises cotées en Bourse de publier annuellement de l’information sur les politiques visant à augmenter la présence des femmes en poste au sein de leur conseil d’administration et de leur haute direction. Deux ans plus tard, le nombre de femmes aux C.A. des entreprises publiques avait très peu augmenté selon des données rendues publiques en octobre 2016 dans le Securities Bulletin du cabinet McMillan . 
 
De plus, en décembre 2017, le Business Professional Women (BPW), chapitre de Montréal, a produit un mémoire  constatant qu’au Canada : 
seulement 834 femmes siégeaient en tant que membres des C.A. des sociétés cotées en bourse, soit 12 de moins qu’en 2014;
46 C.A. comprenaient plus de trois femmes;
31 C.A. comptaient sur une représentation féminine de 41 %;
8 C.A. avaient moins de 11 % de représentation, la majorité se situant entre 15 et 25 %.
 
« La situation est grave, car, aujourd’hui, il y a encore des entreprises qui ne comptent même pas une femme parmi leurs administrateurs », constate madame Ades-Landy. « Nul besoin de vous cacher que les faibles progrès réalisés en matière de parité depuis l’entrée en vigueur de l’initiative « se conformer ou s’expliquer » nous ont beaucoup déçus. Or, ce manque de progrès a poussé l’AFFQ à sonder ses membres afin mesurer leur appui à des initiatives visant à  améliorer la diversité au sein des C.A. » 
 
Les résultats de ce sondage sont éloquents
78 % des répondants se disent favorables à l’établissement de quotas visant la représentation des femmes;
73 % préconisent des quotas de représentation féminine de 40 à 50 % aux conseils d’administration;
81 % donneraient entre 3 à 5 ans aux entreprises pour se conformer; et
67 % sont favorables à l’adoption de pénalités en cas de non-respect, incluant des pénalités financières.
« Il est déplorable que les femmes n’aient toujours pas leur place aux C.A., et les résultats de ce sondage reflètent le raz-le-bol de nos membres face à cette situation. Il est temps de faire bouger les choses », affirme Mme Ades-Landy. « J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec quatre personnalités influentes au pays qui se sont toutes montrées ouvertes à faire avancer encore plus loin la réflexion et le développement de mesures concrètes en ce qui a trait à l’augmentation de la présence des femmes au sein des C.A. : Maureen Jensen, directrice et chef de l'administration à la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario; Jean Charest, ex- Premier ministre du Québec, Monique Jérôme-Forget, ex- ministre des Finances; et tout récemment avec le Premier ministre, Philippe Couillard. »  
 
L’AFFQ désire poursuivre les rencontres avec des représentants du gouvernement au niveau provincial et municipal, ainsi qu’au niveau fédéral. De plus, l’organisme est prêt à donner sa voix et son soutien aux initiatives présentées par les diverses commissions et agences du pays.
 
« Je lance une invitation aux acteurs de la sphère politique provinciale et fédérale, y compris au Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui tient souvent à nous rappeler l’importance de la parité, à nous rencontrer pour leur faire part de nos constats et de nos objectifs. De notre côté, nous continuerons de fournir de la formation, du soutien et de l'information aux entreprises, et à promouvoir notre réseau de femmes prêtes à siéger aux C.A. et à leurs comités, et même en tant que PDG. De la même façon, nous approcherons les groupes d’actionnaires activistes et les grands investisseurs pour solliciter leur soutien, et nous nous engagerons à saisir toutes les opportunités pour faire valoir notre mission jusqu'à ce qu’il y ait un changement favorable. Pour ce faire, nous avons besoin de tous, nous devons nous unir aujourd’hui pour bâtir le futur, car le futur est maintenant! », conclut Mme Ades-Landy. 
 
Les lauréats de ce 13e Gala Les Talentueuses
 
Prix Inspiration – Andrée-Corriveau (Prix « Coup de cœur » décerné par le conseil d’administration de l’AFFQ)
Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directeur chez Cycle Capital Management 
 
Prix Alter Ego (prix décerné à un homme qui se distingue par son engagement à promouvoir la place des femmes en finance)
Me Jean-François Gagnon, avocat associé et chef de la direction chez Langlois avocats 
 
Prix Leadership
Me Sandra Abitan, associée directrice du bureau de Montréal et associée au sein du groupe d'insolvabilité et restructuration, Osler, Hoskin & Harcourt LLP.
 
Prix Initiative : pour l’avancement des femmes en finance
Programme : Faire la différence - Une approche centrée femmes, Financière Banque Nationale
 
Prix Étoile Montante
Me Marie Élaine Farley, présidente et chef de la direction, Chambre de la sécurité financière
 
Prix Relève Desjardins
Marilynn Ethier, étudiante à l’Université du Québec à Montréal
Koralie Levac-Séguin, étudiante à l’Université Laval
 
Prix Relève RBC Banque Royale
Claudianne Delorme, étudiante aux HEC Montréal
 
L’Association des femmes en finance du Québec tient à remercier ses partenaires :
Grands Partenaires : Desjardins, RBC Banque Royale
Cercle de la présidente : Banque Nationale du Canada, Banque Scotia, Caisse de dépôt et placement du Québec, Desjardins, RBC Banque Royale
Élite : Aon, Association des banquiers canadiens, Ordre des CPA du Québec, Financière Manuvie
Premium : Banque CIBC, PricewaterhouseCoopers
Alliance : Air Canada, André R. Dorais avocats, Groupe Bugatti, Groupe Banque TD
Cocktail VIP : Lavery Avocats
Cocktail régulier : Langlois Avocats
Rayonnement : Finance Montréal
Partenaires médias : La Presse +, Massy Forget Langlois relations publiques
 
À propos de l’Association des femmes en finance du Québec
 
L’Association des femmes en finance du Québec (AFFQ) a été créée en mai 2002 et regroupe plus de 700 femmes en finance au Québec. En plus d’avoir mis sur pied un programme de mentorat qui épaule les femmes en finance, l’AFFQ propose à ses membres des activités de développement professionnel et de réseautage, sans compter les interventions faites auprès des jeunes en milieu scolaire. L’AFFQ organise annuellement de nombreuses activités d’affaires internationales, fournissant ainsi aux femmes en finance, un accès privilégié à un réseau important de financières présentes dans plusieurs pays. 
 
En 2014, l’AFFQ s’est joint à un groupe d’une dizaine d’organisations pour former Ensemble vers la parité, un mouvement dont l’objectif est de sensibiliser les dirigeants des entreprises et les gens d’affaires, femmes et hommes, à la nouvelle réalité de la diversité dans la gouvernance des organisations. Par l’éducation et l’information, on souhaite soutenir les entreprises, leurs conseils d’administration et leurs comités de ressources humaines et de gouvernance dans la promotion de la diversité et faciliter leurs efforts dans l’atteinte d’une présence accrue, selon leurs objectifs, des femmes aux conseils d'administration et dans les plus hautes sphères des entreprises partout au Québec et dans le reste du Canada.